« Reportages

La passion est contagieuse !

2020-PeteMoto_Montmagny-

Photos © Daniel Mallard

Quand on habite la grande région de Montréal, de Laurentides/Lanaudière, de la Rive-Sud de l’Estrie voire de l’Outaouais, les options ne manquent pas pour les amateurs de piste. Entre Moto Nation, T-SBK, ASM, Mécaglisse et Pro 6 Cycle, il est facile de prendre part à des journées de roulage ou encore à des écoles de pilotage. Mais, pour les motocyclistes de la grande région de Québec et de l’Est-du-Québec, c’est plus compliqué. En 2020, à part Moto Racing Québec (MRQ) qui offre quatre journées au circuit Riverside Speedway, c’est le calme plat. C’est là que Pete Moto entre en jeu…

Une équipe très professionnelle

Pete Moto c’est le pseudo derrière lequel s’abrite Pierre Bolduc. Après des débuts sur circuit en 1997, il a tour à tour été commissaire de piste pour MRQ, instructeur pour l’ASM et commissaire de piste/instructeur à lAutodrome de Montmagny où il établit son école au début de 2017. Depuis, il forme une bonne partie des pilotes québécois qui évoluent dans le championnat canadien de Superbike (CSBK).

Avec sa casquette vissée sur le crâne et ses lunettes de soleil qui cachent en partie son visage, Pete semble vouloir passer incognito. Toujours souriant, toujours affable, il est un personnage incontournable du paysage motocycliste québécois. Tout le monde a entendu parler de lui ou le connaît.

Votre serviteur en compagnie de Pierre Bolduc, alias Pete !
Votre serviteur en compagnie de Pierre Bolduc, alias Pete !

En fait, Pete est un motocycliste passionné et discret dont la timidité n’a d’égal que le talent — de pilote, mais aussi de formateur — et dont la vocation est de favoriser l’accès à la piste au plus grand nombre de motocyclistes.

Installée au circuit de l’Autodrome Montmagny, l’école Pete Moto est constituée d’une petite équipe qui compte Pete, bien entendu, et les instructeurs, Israël Gosselin, Éric Gosselin et Vincent Daigle. Sans oublier Claude Proulx et Karine Tremblay qui gèrent les opérations quotidiennes. Ni les instructeurs invités qui se joignent occasionnellement à lui lors des journées de formation.

La structure de Pete Moto est originale, dans le sens où elle offre des cours de formation et des journées de roulage libre (Open Track), sans groupes de niveaux, du lundi au vendredi, et ce de mai à septembre. Si vous êtes un petit groupe d’amis, vous pouvez aussi réserver la piste avec Pete, pour un roulage privé, avec ou sans instruction. Difficile d’offrir une plus grande flexibilité !

Un circuit technique

L’Autodrome de Montmagny est situé à environ 90 km au sud-est de Québec. Le circuit a été créé en juin 1994. À cette époque, c’était une piste de terre battue d’un demi-mille de long. Un ovale de 3/8 mille en asphalte fut construit en 1998. Puis, en juin 2014, un circuit routier de près de 2 km de long, ainsi qu’une piste d’accélération de 1/8 de mille en asphalte furent ajoutés.

2020-PeteMoto_Montmagny-06
Pete dans ses œuvres sur l’Aprilia Tuono V4 que lui fournit le concessionnaire Aprilia SM Sports, de Québec

À l’origine, l’Autodrome de Montmagny se destinait aux compétitions automobiles, mais grâce à Pete Moto, elle accueille aujourd’hui de nombreux événements motocyclistes.

Il s’agit d’un circuit court et technique qui compte deux courtes lignes droites, 10 virages — 7 à gauche, 3 à droite — et un dénivelé, le virage n° 10 que Pete qualifie de mini « Corkscrew », en référence au fameux virage plongeant de Laguna Seca. Avec une sportive de moyenne ou de grosse cylindrée, on y évolue  sur les deuxième et troisième rapports, à des vitesses peu élevées (moins de 200 km/h).

2020-PeteMoto_Montmagny-09
Aux commandes de la Kawasaki ZX-6R, sous la supervision de l’instructeur Yan Rouleau, pilote CSBK.

En raison de sa configuration technique et des faibles vitesses que l’on y atteint, c’est un circuit idéal pour l’initiation à la conduite sur piste. D’autant qu’il s’agit d’un tracé relativement sécuritaire. Seule la sortie du premier virage, longée par un mur de ciment, demande de l’attention.

 Une journée typique

Arrivé à 7 heures du matin, en provenance de Calabogie où j’ai participé à un roulage VIP la veille, je suis un peu dans le cirage. Je profite d’être seul dans les paddocks pour somnoler dans le pick-up. Pour cette journée de piste, j’ai amené une Kawasaki ZX-6R 2020, une moto parfaite pour le tracé de Montmagny.

Un peu avant 8 heures, Pete et ses adjoints arrivent au circuit, suivis quelques minutes plus tard des premiers étudiants. Il m’aide à décharger la ZX-6R du GMC Sierra et je sors mon équipement. Tranquillement.

Après un bref meeting et une présentation théorique où l’on aborde les trajectoires, la position à adopter sur la moto, l’importance du regard, le freinage, l’accélération et tout un tas d’autres notions vitales en piste, les participants — une douzaine au total — sont séparés en quatre groupes de niveau supervisés par un instructeur. Nous faisons le tour du circuit à pied afin que Pete nous explique les spécificités du tracé et nous indique les trajectoires idéales à suivre. En prenant le temps de répondre aux questions que certains élèves lui posent. Le tout dans une humeur bon enfant, mais professionnelle.

Pete et ses élèves en pleine séance de débreffage
Pete et ses élèves en pleine séance de débreffage

« Nous acceptons les élèves de tout niveau, mais notre clientèle est majoritairement composée de débutants qui veulent s’initier à la conduite sur circuit dans un environnement sécuritaire, me confie Pete pendant que nous marchons. Nous accordons une grande importance au bien-être et à la sûreté de nos clients, c’est une priorité pour nous. Parallèlement, nous recevons aussi des pilotes experts qui se destinent à la compétition et veulent se perfectionner pour courir dans le championnat CSBK. Certains de niveau amateur, mais aussi des pros qui cherchent à progresser. Nous avons un noyau de pilotes de très bon calibre. J’essaie de les faire évoluer et performer au plus haut niveau. Il y a du talent dans la région de Québec. Mon rôle est de le développer et de l’exposer sur la scène nationale.»

Au bout d’une demi-heure, chaque groupe accompagné de son instructeur s’élance en piste à une allure modérée. Simultanément. Après quelques tours, l’instructeur s’arrête près de l’entrée du paddock pour faire le point avec ses élèves, leur donner des instructions et leur expliquer ce qu’ils doivent mettre en pratique ou modifier. On corrige les erreurs en direct, avant qu’elles ne deviennent de mauvaises habitudes. Cette situation se répète après chaque séance en piste, tout au long de la journée.

2020-PeteMoto_Montmagny-10

Après trois ou quatre sorties, la cadence augmente, progressivement, mais sûrement. Les groupes les plus rapides atteignent déjà une allure respectable. Dans mon cas, le tracé commence à s’imprimer dans mon cerveau et, un peu avant la pause du midi, je me sens enfin à l’aise. Je pose le genou aux endroits stratégiques. J’ai presque l’air de savoir ce que je fais.

En début d’après-midi, la fatigue des derniers jours me rattrape et je décide de remballer afin d’arriver à Montréal avant la nuit. La journée s’est superbement déroulée, sans incident majeur. J’ai pu rouler tout mon saoul et je me suis perfectionné tout en m’amusant. Je n’ai qu’une seule envie, revenir à l’école de Pete Moto pour une journée de roulage intensif afin d’abaisser mes chronos à un niveau respectable. On a le droit de rêver, non ?

Je reviendrai à Montmagny

La plupart des écoles de pilotage que j’ai suivies — et j’en ai suivi beaucoup — offrent grosso modo le même cursus. Ce n’est pas tant les techniques que l’on y enseigne que la manière dont elles sont transmises qui les distingue. Elles sont conditionnées par la personnalité de leur propriétaire dont elles finissent par s’imprégner totalement, mais aussi par le circuit sur lequel elles se déroulent. Si le caractère de l’instructeur-chef ou le circuit ne vous convient pas, vous n’apprendrez rien qui vaille. Quelle que soit la qualité de l’enseignement prodigué.

2020-PeteMoto_Montmagny-13

Dans le cas de l’école Pete Moto, elle est conviviale et fait preuve d’un grand professionnalisme. Il y règne une ambiance à la fois studieuse et chaleureuse. Les élèves y bénéficient d’un suivi très personnalisé (il y a rarement plus de 3 élèves par instructeur) et de beaucoup de temps de piste. Et, ce qui ne gâte rien, ses tarifs sont très abordables.

La passion de Pete pour la course transpire par tous les pores de sa peau et se transmet à ses élèves, tel un virus pandémique. Il suffit d’observer les résultats de ses protégés lors de la manche inaugurale du championnat CSBK 2020, à Calabogie, pour constater qu’ils sont allés à bonne école.

2020-PeteMoto_Montmagny-14

En ce qui me concerne, j’ai profité d’une superbe journée de roulage, en plus de découvrir un circuit technique, mais surtout une organisation sympathique et bien rodée. Chaque fois que je participe à une nouvelle école, j’acquiers de nouvelles connaissances et je perfectionne certaines techniques de pilotage. Et cette fois ne fait pas exception à la règle. Un jour, je serai bon ;-).

Pour toute information ou pour vous inscrire, veuillez contacter Pete Moto ou Israël Gosselin.

2020-PeteMoto_Montmagny-12

Équipement du pilote