« Essais à long terme

La S1000XR danse sur la route…

2020_BMW_S1000XR-26

Photos © Didier Constant

Quand nous partons pour Saint-Donat, par la 25 Nord, il fait beau, mais plus nous avançons, plus le ciel se fait menaçant. Chaque fois que nous arrêtons pour une séance de photo, le soleil se cache derrière les nuages, ruinant immanquablement les magnifiques images que j’ai entrevues en roulant. Néanmoins, durant toute notre excursion de 300 kilomètres, nous réussissons à éviter la pluie, au grand dam des météorologues d’Environnement Canada qui nous intimaient l’ordre de rester à la maison. Parfois, des traces d’humidité sur la chaussée nous indiquent que l’orage vient juste de passer. Mais, dans l’ensemble, nous avons roulé sur le sec toute la journée. Une chance que nous n’avons pas suivi les conseils météo, nous aurions loupé une magnifique sortie.

Les ContiSportAttack4 en action

2020_BMW_F900XR-07

Dès les premiers kilomètres, la S1000XR valide les changements positifs apportés par les ContiSportAttack4. Elle affiche une vivacité bluffante dans les changements d’angle qu’elle n’avait pas avec la monte d’origine. Plus facile à placer sur l’angle en virage, d’une simple poussée sur le guidon, elle change d’inclinaison rapidement et sans effort, faisant preuve d’une précision chirurgicale. Le train avant m’inspire confiance et me pousse à explorer ses limites sans arrière-pensées ni retenue.

La S1000XR était sportive et vive, mais là, ses qualités sont exacerbées. Une fois inclinée, elle offre une adhérence de sportive et une motricité incroyable. On se croirait au guidon de la S1000RR tant elle est affûtée et précise.

Dans les grandes courbes négociées à haute vitesse, elle maintient son cap sans faillir. Stable, précise, performante. Elle semble danser sur la route. Ses qualités dynamiques sont sublimées par les pneus sportifs de Continental. J’avais beau m’y attendre, je suis surpris par l’impact qu’ils ont sur la conduite de la BMW.

Les Bridgestone T31 qui équipaient la S1000XR en première monte sont des pneus de catégorie Sport-Touring. Ils tentent de combiner deux qualités antinomiques, la performance et la longévité. Ils représentent donc un compromis. À l’inverse, les ContiSportAttack4 sont des pneus conçus pour les motos hypersport et homologués (90 % route — 10 % circuit). Ils sont utilisables sur piste, sans couverture chauffante. Avec eux, c’est performance avant tout. Et moi, j’aime ça !

2020_BMW_F900XR-10

Les ContiSportAttack4 entrent en concurrence directe avec les Bridgestone S22, Dunlop SportSmartTT, Metzeler Sportec M9RR, Michelin Pilot Power RS+ et Pirelli Diablo Rosso III. Ils ont recours à une nouvelle gomme baptisée Black Chili. Il s’agit d’un polymère bigomme qui intègre un mélange de caoutchoucs de synthèse de nouvelle génération et de caoutchoucs naturels auxquels Continental ajoute des particules de noir de carbone, d’où le nom. Ceci permet au pneu de monter plus rapidement en température, sans être affecté par la température de l’asphalte.

Les ContiSportAttack4 bénéficient d’un nouveau profil qui maximise la surface de contact avec le sol à des angles d’inclinaison extrêmes. Celle-ci est également optimisée au centre de la bande de roulement. Il en résulte une meilleure adhérence et une durée de vie accrue. De plus, les rainures sur les épaulements permettent de mieux évacuer l’eau vers l’extérieur par temps de pluie.

Parallèlement, l’équipementier de Korbach, en Allemagne, inaugure trois nouvelles technologies sur les ContiSportAttack4 : TractionSkin, Raingrip et GripLimit Feedback. En plus de celles qu’il utilisait déjà depuis plusieurs années sur les versions 2 et 3 de son pneu sportif, à savoir les technologies MutliGrip et ZeroDegree.

2020_BMW_F900XR-08

La technologie TractionSkin permet au pneu de grimper plus rapidement en température afin d’offrir un grip maximal dès les premiers tours de roue. Le mélange de gomme à base de silice stabilise la température du pneumatique sur une plage idéale comprise entre 40 et 50 degrés Celsius, en utilisation standard.

La technologie Raingrip, renforcée par le nouveau composé Black Chili, procure au pneu une meilleure adhérence sur le mouillé.

La technologie GripLimit Feedback améliore le retour d’information des ContiSportAttack4, Le pilote sent mieux les pneus travailler et peut ainsi jauger l’adhérence en tout temps, en particulier sur l’angle.

Pour finir, le ContiSportAttack4 favorise la stabilité, la maniabilité et la précision de conduite, trois qualités typiques des pneus Continental.

Cache-cache avec les orages

2020_BMW_F900XR-20
L’ancienne base militaire de Saint-Adolphe-d’Howard, vestige de la Guerre Froide

Après le déjeuner, à Saint-Donat, je change de monture avec Dave et je saute sur la F900XR. Même si elle est moins sophistiquée, moins puissante et plus légère que la S1000XR, elle reste très plaisante à conduire et fait honneur à son appellation XR. Son bicylindre parallèle est gorgé de couple et, entre 5 000 et 8 750 tr/min, début de la zone rouge, il se montre sportif et vitaminé. Un vrai plaisir.

Au nord de Saint-Donat, où nous avions choisi d’aller originalement, le ciel est complètement noir et menaçant. Nous bifurquons donc vers le Sud-ouest en direction de Saint-Agathe-des-Monts où nous arrêtons pour quelques clichés d’ambiance en bordure du Lac des Sables. Nous poursuivons ensuite notre chemin vers Saint-Adolphe-d’Howard. À la sortie du village, Dave me fait découvrir l’ancienne base militaire, près du lac Saint-Denis. Elle est située aux abords de la 329 Sud, à neuf kilomètres au nord-ouest de Morin-Heights. Vestige de la Guerre froide, elle faisait partie de la ligne Pinetree qui était constituée d’un réseau de 33 stations radars sous juridiction canado-américaine s’échelonnant le long du 49e parallèle afin de protéger l’Amérique du Nord d’éventuelles attaques aériennes en provenance de l’URSS. Là, nous profitons d’un trou dans les nuages pour réaliser de superbes images des deux XR.

2020_BMW_S1000XR-27

Étant donné l’heure avancée, nous décidons de rejoindre Montréal par la 158 Est, jusqu’à Sainte-Sophie, puis Sainte-Anne-des-Plaines, et, de là, par la 335 Sud jusqu’à la 440 Est et la 25 Sud. Nous pensions ainsi éviter le trafic de la 15 et de la 40, mais ce ne fut pas un choix judicieux. De Sainte-Sophie à l’est de Montréal, la 335 traverse les villages de la couronne nord. La circulation dense est ralentie par les nombreux arrêts — stops et feux de circulation —, mais aussi par les travaux, omniprésents. C’est la route « du bagne » pour tous les banlieusards travaillant dans la métropole. À éviter, tant que possible.

Quand nous garons les deux XR devant mon garage, le soleil a fait place aux orages. Les rues autour de chez moi sont humides et l’air s’est rafraîchi. Malgré tout, nous n’avons pas eu besoin de nos imperméables. Nous les avions amenés par précaution (je traîne toujours le mien dans mon sac de queue en balade) et aussi parce qu’Environnement Canada nous prédisait le déluge. Heureusement, nous n’avons pas tenu compte de ces prévisions pessimistes. Et nous avons bien fait car ce fut une superbe journée et une magnifique balade entre potes, sur deux montures exceptionnelles. La vie est belle parfois…

ContiSportAttack4-02

Pour plus d’information sur les nouveaux ContiSportAttack 4, visitez le site officiel de Continental !

STATISTIQUES

  • Kilométrage total : 2512 km
  • Distance parcourue depuis notre dernière sortie : 300 km
  • Consommation moyenne : 5,6 L/100 km
  • Autonomie : environ 357 km
  • Pneus : ContiSportAttack4