« Éditos

Ou quand la connerie humaine est à la remorque des médias…

IMG_0936

Photos : Didier Constant, R-Pur

Depuis quelques semaines, on assiste à un unanimisme catastrophiste qui engendre une psychose incontrôlée et totalement illogique. Au point où des populations vivant dans des zones non touchées par le virus — et peu sujettes à l’être — sont prises de panique et commencent à stocker des denrées en vue de la fin du monde. On se croirait aux États-Unis au plus fort de la Guerre Froide, quand les gens construisaient des abris antinucléaires pour se mettre à l’abri des bombes russes. C’est le grand n’importe quoi.

En fait, il semblerait que les deux plus grandes sources de contagion actuellement soient les médias de masse et la bêtise humaine.

Genes
Ruelle de Gênes, Italie

Le Coronavirus s’alimente de l’ignorance et de la peur des gens plus qu’il n’est réellement dangereux, voire mortel. Selon une analyse sérieuse, publiée le 17 février par les autorités chinoises, puis le 24 février dans la revue médicale américaine JAMA, et dont certaines données sont reprises dans La Presse +, il appert que le taux de mortalité est étroitement lié à l’âge des victimes. « Sur près de 45 000 cas confirmés, le taux moyen de mortalité est de 2,3 %, toutes classes d’âge confondues. Cependant, il est nul chez les enfants de moins de 10 ans. De 10 à 39 ans, il stagne à 0,2 %, donc très bas, pour passer à 0,4 % chez les quadragénaires, 1,3 % chez les quinquagénaires, 3,6 % chez les sexagénaires et 8 % chez les septuagénaires. Les personnes âgées de plus de 80 ans sont quant à elles les plus à risque (avec celles déjà atteintes d’autres maladies) et affichent un taux de mortalité de 14,8 %. »

Les personnes âgées, un groupe dont je fais désormais partie, sont souvent les premières victimes des épidémies. On le constate avec la grippe, lors des épisodes de canicule ou lors des vagues de grand froid, par exemple. Leur système immunitaire est souvent affaibli et ils ont de la difficulté à combattre les virus et autres événements climatiques. Là encore, les statistiques le démontrent hors de tout doute.

Marseille et Notre-Dame-de-La-Garde
Marseille et Notre-Dame-de-La-Garde

Alors, pourquoi une telle crainte de mourir ? Surtout quand on n’a pas de vie ! Ça n’a pas de sens ! Ça a encore moins de sens pour nous, motards. Nous sommes supposés être des trompe-la-mort, des intrépides, des durs de durs. Et pourtant, comme la meute des moutons effarés, nous remettons en cause nos vacances en Europe ou notre participation aux quelques Grands Prix encore inscrits au calendrier de la FIM/Dorna. Laquelle se montre complètement inapte à faire entendre raison aux gouvernements du Qatar ou de la Thaïlande, pour ne parler que des cas récents.

En tant qu’acteur de l’industrie du voyage depuis plus de 20 ans — j’ai un permis d’agent de voyage en bonne et due forme —, j’ai assisté à ma part de catastrophes et d’épidémies. Souvenez-vous du 11 septembre 2001, des épidémies de SRAS (2002/2003), de grippe aviaire (2004), de la maladie à virus Ebola (2014/2015), ou encore de l’éruption du volcan islandais Eyjafjöll en 2010, laquelle a perturbé le trafic aérien pendant des semaines. Chaque fois, l’émotion l’emporte sur la raison. La peur sur la logique. Si la vérité est souvent la première victime de la guerre, la pensée rationnelle, quant à elle, s’efface devant la peur. Jugeons avec notre cerveau et non avec nos tripes. Soyons clairs, nous avons plus de chance de mourir dans un accident de la route, de l’usage du tabac ou encore de la grippe commune que du Coronavirus.

LaVieLAmor

Mais une chose est sûre. Nous allons tous mourir. C’est une vérité indubitable. L’important c’est de vivre pleinement dans l’intervalle de temps qui nous est alloué. Et de prendre des décisions en pleine connaissance de cause.

Heureusement, quelques sites traitent intelligemment du Covid-19. Ils parlent des modes de contraction du virus et des traitements à suivre, en plus de donner des chiffres précis sur le nombre de décès et de rétablissements après avoir contracté le virus. Le fait d’être infecté par le Covid-19 n’est pas une condamnation à mort. Loin de là. Il s’agit, dans les cas les plus sérieux, d’une mauvaise grippe qui pourrait vous conduire à l’hôpital pour quelques jours. Sauf pour les personnes dont le système immunitaire est déjà compromis et les personnes âgées qui sont beaucoup plus à risque, comme le soulignent les études pré-citées.

Alors, pas de panique. Prenez le temps de consulter ces sites à tête reposée. Loin de la folie médiatique.

Venise

La menace d’une pandémie plane sur nous depuis des décennies. Il suffit de se souvenir des épidémies de choléra du 19e siècle ou encore de celle de grippe espagnole en 1918 pour réaliser que nous n’en sommes pas à l’abri. Il faut donc être alertés et prudents, sans pour autant tomber dans une paranoïa irraisonnée et incontrôlable.

« La vie est une maladie mortelle transmissible sexuellement, » disait Woody Allen à la blague. Mais ce n’est pas une raison pour arrêter de la transmettre. Car il s’agit d’une si belle maladie. Ne la gâchons pas par peur, ignorance ou désinformation.

Si vous avez décidé de voyager à l’étranger cette année, je vous conseillerais de réfléchir posément, de planifier et de laisser les autres paniquer. Cet été, nous serons moins nombreux sur les routes et les tarifs seront certainement beaucoup plus abordables en raison des pressions exercées sur le tourisme mondial par l’épidémie.

Les Cinq Terres
Village pittoresque des Cinq Terres

Choisissez vos destinations intelligemment, en tenant compte des risques réels d’infection. Éviter les pièges à touristes et les grandes villes pour vous concentrer sur les sites bucoliques. Si les interdictions touchant certains pays asiatiques, comme la Chine, persistent, vous aurez les plus beaux sites touristiques pour vous tout seul cet été. Et vous pourrez faire des photos de monuments célèbres comme le Colisée de Rome, le Grand Canal de Venise ou des magnifiques villages colorés des Cinq Terres sans avoir des milliers de touristes chinois dans le viseur de votre appareil photo.

Personnellement, j’ai vraiment hâte d’aller en France et en Italie cet été. De toute façon, nous voyageons par les routes sinueuses et pittoresques que fuient habituellement les touristes pressés et nous nous tenons à l’écart des sites touristiques. Pour ce qui est des masques médicaux, nous n’en aurons assurément pas besoin. Nous portons des casques intégraux la majeure partie du temps et nous nous tenons à plus de 10 mètres du plus proche voyageur. Peu de risque d’infection donc.

Moto_Mask_R-Pur
Si vous êtes malgré tout inquiets, vous pouvez porter un masque, comme ce modèle R-Pur…

Il suffit simplement de penser à se laver régulièrement les mains, surtout avant de manger ou en sortant des toilettes et autres lieux publics, mais ça, nous le faisons déjà régulièrement. Penser également à mettre des mouchoirs et du désinfectant pour les mains dans nos sacs de réservoir. Quelques cachets d’aspirine aussi. Et tout devrait bien se passer. On croise les doigts ! D’ici là, souhaitons que les médias trouvent une autre catastrophe à couvrir ! Ça nous fera des vacances !

calanques-de-cassis
Calanques de Cassis

7 résponses à “Panurgisme ou pandémie ?”

  1. Alexandre Amortila

    J’attendais ton intervention avec impatience !
    et je ne m’attendais pas à mieux,
    Un grand merci, Didier, d’un médecin entouré de gens en état de panique insensé !

    Répondre
  2. Balmat Jean-Michel

    je partage tout à fait votre article très pertinent et plein de bon sens. Je partage cependant une autre analyse.
    Le Covid-19 est le nom de la grippe 2020, ou l’une de ses variantes. Mnt que l’origine de la souche est identifiée, un remede sera prêt sous peu. L’Institut Pasteur (que l’on entend plus d’ailleurs) nous disait en Janvier qu’un remède ne pouvait être prêt avant 20 mois, et l’on apprend en même temps de que de nombreux « malades » de Chine et de Navarre sont guéris !!! On nous bassine avec une grippe, pendant ce temps on occulte tous les pbs du monde. Trop fort ce G7 !!!
    C’est tout de même étrange en cette période hivernale, pas de grippe annoncée, pas de campagne de vaccination… Réveillez vous Français.
    On peut ajouter que toutes les personnes qui meurent de la grippe sont des personnes agées ou déjà considérablement affaiblie par une pathologie grave. Faites votre enquête. Sans la grippe, elles auraient vécu qques jours de plus, mais leur mort est imputée à la grippe.
    Ce n’est ainsi pas la première fois que l’on nous manipule de la sorte. C’est cyclique. Dans 3 à 4 semaines on en parlera plus et le débat sera orienté sur la nécessité de moins dépendre de l’économie Chinoise qui dépasse aujourd’hui 30% de l’économie mondiale. Le Corona Virus veut être le révélateur de notre trop grande dépendance de l’Economie Chinoise. Il faut donc dans un premier temps créer une psychose mondiale afin que chaque citoyen prenne conscience de cette dépendance et de l’importance de consommer différemment.
    Je ne crains donc rien de ce Coronavirus, en revanche ses conséquences économiques seront désastreuses.
    Ce qu’il va être très intéressant à surveiller dès les prochains jours c’est l’attitude la bourse, qui après avoir cru à certaines stupidités pendant qques jours, et donc plongée, se refait une santé. En revanche la finance mondiale a besoin de la Chine et de sa main d’oeuvre bon marché pour prospérer ce qui va à l’encontre de la volonté politique de l’Occident de se désengager de l’Economie Chinoise. Tout cela est passionnant.

    Répondre
  3. Casper

    Très bien écris et je ne peux être que d’accord, les gens devienne fou, je rajouterais que cette excuse de maladie arrange quand même bien nos politique, rassemblement interdit, ben ça tombe bien ça, on passe en douce des loi et du coup plus le droit de manifester, elle est pas belle la vie? en tout cas la grippe commune de chaque hiver tue bien plus de gens et que dire du sida.
    En tout cas bravo pour cet article

    Répondre
  4. Patrick Laurin

    Tout est dit

    Mon médecin m’a demandé comment j’allais : Ça va mais là ça pas d’allure la planète capote avec le Covid 19. Je vais en vacance en France et Italie dans 3 mois et à écouter le monde la fin du monde va arriver avant mon départ. Chu tannée de cette société, ont a même pu le droit de mourrir, comment veux-tu vivre quand la société fait tout pour que tu fasse rien pour pas mourrir.

    J’aimerais mieux mettre de l’énergie sur de quoi de positif au lieu de combattre tout le temps pour essayer de vivre, c’est fatiguant.

    Il acquiesce et me répond: voilà la société dans laquelle nous vivons, ont est pas sorti du bois. Le corona virus :
    « C’est juste une grippe un peu plus toff et très légèrement plus virulente. »

    Et tout cas tant mieux si il y’a moins de monde lors de mes vacances, ont roulera mieux et attendrons pas après les serveurs au resto

    En plus j’aime pas particulièrement les gens lol

    Patrick L

    Répondre
  5. Bruno L

    Bonjour,

    Mouais… Suis pas convaincu.
    Pourquoi toutes ces précautions au niveau mondial ? Précautions qui font mal économiquement et pas qu’aux « petits », dont nos dirigeants ne s’inquiètent pas trop, mais aussi à des acteurs de poids.

    Chacun voit midi à sa porte. Si je n’arrête pas de vivre, quand même qqs changements ne serait ce que dans la façon de dire bonjour, la pratique du tchek me semble une évidence.

    Bonne continuation.

    Répondre
  6. Bruno L

    Bien content d’avoir retrouvé ce billet.

    Vais pouvoir suivre les autres commentaires avec attention.

    Répondre
  7. Bruno L

    Le 22/03/2020.

    Panurgisme ou pandémie ? Un début de réponse à cette question (?).

    Répondre

Répondre