« Dépêches

Deux dossiers chauds pour les motocyclistes du Québec !

jdl-2003

Photo © Didier Constant

Le vendredi 8 décembre 2017, André Fortin, ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports (MTMDET) a déposé son projet de Loi modifiant le Code de la Sécurité routière du Québec.

Le mercredi 13 décembre 2017, la Société de l’Assurance Automobile du Québec (SAAQ) a déposé son projet de tarification pour les années 2019-2020-2021, et il est prévu que la SAAQ augmentera le coût d’assurances pour l’ensemble des motocyclistes.

Nous vous invitons à prendre connaissance des deux dossiers et nous transmettre vos suggestions pour chacun des projets au plus tard le 10 février 2018.

Depuis 25 ans déjà, le CAPM défend les droits et libertés des motocyclistes et encore nous serons au rendez-vous pour vous représenter !

Pour plus d’information, consultez les liens pertinents sur notre site web : www.capmescargot.com

Source : Communiqué de presse CAPM-Escargot

17 résponses à “CAPM-Escargot”

  1. Eric Bégin

    Tout comme les « pitbulls » ,on ne devraient pas cibler les catégories,mais plutôt les conducteurs fautifs( propriétaires de chiens fautifs).

    Le coût des assurances devrait s’ajuster aux nombres de réclamations fait et aux points d’inaptitude accumulé avec une mauvaise conduite. Donc les propriétaires non fautifs n’auraient pas à être pénalisés et le fautifs feraient attention pour ne pas payer plus cher

    Répondre
    • vildric

      En même temps, c’est une assurance.
      Le nombre de points d’inaptitudes n’est pas relié au risque d’accidents.
      Et les réclamations passent par des assurances privées et la saaq n’en tient pas de registre.
      Donc il suffirait de ne pas réclamer son 1000$ d’équipement et la saaq ne saurait jamais qu’il y a eu accident.

      Répondre
    • Stéphane Hallé

      Bien D’accord j’ai un superbike depuis des années (moto sportive) ca coute 1400$ par été et j’ai jamais eu une contraventions car ma conduite est plaisante quand je veut faire le fou je vais sur une track…je dois payé un prix de fou pour d’autre irresponsable !!! si c’est ca etre juste pourquoi les propriétaire de véhicule convertible ou sport ne paie pas la meme chose que moi ?

      Répondre
    • Richard Simbirski

      Cibler les motos sport, c’est pratiquement du « racisme véhiculaire ». C’est dire que vu que tu conduis cette « race » de moto, tu es à risque, tout le monde est dans le même panier peu importe ton expérience ou ton historique.

      Encore pire, les vrais conducteurs « à risque » qui n’auront pas les moyens de payer les plaques de cette catégorie iront se procurer des motos sport-touring et feront autant de dommage à notre réputation.

      Répondre
    • CAPM-Escargot

      Bonjour,

      Depuis le début de ce débat, notre organisation tente de faire comprendre aux instances appropriés que la catégorisation est une injustice pure et simple. Le type de la moto n’a rien avoir, en tant que telle, avec les accidents; ce sont les comportements des conducteurs et des automobilistes qui sont en cause. Malheureusement, on reçoit très peu d’écoute à ce niveau. La perception du publique étant de ce côté dû aux comportements routiers agressifs d’une minorité de conducteurs de bolides dites sportives. Ce n’est pas facile à gagner comme bataille quand les journalistes et le grand public ne sont pas de notre bord en partant.

      En ce qui a trait aux points d’inaptitude, la convention veut que – si on a perdu des points dû à beaucoup de contraventions – on doit être un conducteur à risque. Pouvons-nous affirmer le contraire?

      Cependant, un travail se fait pour faire reconnaître les « bons » conducteurs ayant peu ou pas de points manquants depuis un moment. Comme toute négociation dans ces sphères est lente, nous osons espérer que cela débouchera à quelque chose d’ici la prochaine tarification.

      Si vous souhaitez nous appuyer, pour nous soutenir dans nos démarches, faites un don, devenez membre. Nous sommes une équipe de bénévoles, mais les voyages à Québec pour faire ce genre de négociation coûtent cher alors aidez-nous à au moins défrayer les frais de transport et d’hébergement.

      CAPM-Escargot

      Répondre
    • Charles Desilets

      Eric Begin, Si tu réclame à la SAAQ , ils ne sauront si tu en est responsable ou pas ! c’est le NO FAULT ! alors appliquer des tarifs selon les réclamations à la SAAQ ça ne tient pas la route !!!

      Répondre
  2. ALAIN DROUIN

    TOUJOURS PAYER PLUS CHER POUR ESSAYER DE RÉGLER UNE SITUATION ….ALLER AVEC LE NIVEAU D EXPÉRIENCE ET DOSSIER DE CONDUITE POUR FAIRE PAYER LES FAUTIF . SINON LE GARÇON A COTER DE CHEZ MOI QUI A 18 ANS ES PLEIN DE CASH AVEC 0 ANNÉE D EXPÉRIENCE VAS PAYER POINT FINAL ET ON AURAS RIEN RÉGLER . MERCI

    Répondre
  3. Denis L

    Nous devons trouver des solutions .
    Les automobilistes sont souvent concerner sur les accident de moto . Une partie devrait etre attribuer a ces personnes fautif. Les motobilistes faitif aussi devrait payer plus cher. Pourquoi lensemble doit payer pour les autres . Cela devient une injustice pour les autres et cedt pas logique. Appliquer la meme chose pour les autos versus les moto. En plus que faut faire attention pour les categories a laquelle ca ne fonctionne pas .

    Répondre
    • CAPM-Escargot

      Bonjour,
      C’est un système « no-fault » ou sans égard à la faute. Donc, contrairement aux assurances sur les véhicules, personne n’est considérée en cause – même si on peut prouver le contraire. Comme mentionné plus haut, nous tentons de faire reconnaître les « bons conducteurs » , mais l’idée fait son petit bonhomme de chemin lentement.
      Merci.
      CAPM-Escargot

      Répondre
      • Luna Llena

        Votre commentaire est vide de sens. En particulier depuis que la SAAQ a décidé de faire porter a chacun des groupes la charges de ses réclamations. No Fault mon oeil, ils ont en fait mis la responsabilité directement sur le dos des motocyclistes. Lachez de dire des inepties…et agissez en conséquences de vos prétentions…franchement

        Répondre
  4. Steve Boulanger

    Bonjour, je ne comprends pas pourquoi il y a des catégories de moto. Une moto c’est une moto avec ses risques. On devrait basé la tarification sur l’expérience, age et dossier de conduite. Ça fait plus de 25 ans que je fais de la moto sport sans aucune réclamation. Le problème n’est pas le type de moto mais plutôt le conducteur.

    Merci !

    Répondre
  5. Anonyme

    Le gros du problème vient souvent du « je l’ai pas vu». Alors, si tu ne l’as pas vu, c’est que soit tu as un problème de vue que tu dois corriger au plus vite car cela va t’arriver encore, soit que tu as besoin de reprendre ton cours de conduite. Alors, là les accidents devraient être à la baisse ainsi que les montants d’assurance.

    Répondre
  6. Yves Gaudette

    Au prix qu’ils nous chargent pour quelques mois je quitte le monde de la moto, c’est des malades mental charger ces prix là.

    Répondre
  7. Martial Laberge

    Je fais de la moto depuis 1978… donc j’en ai vu des augmentations de plaques et d’assurances… c’est pas compliqué.. le gouverne-maman veut tuer ce sport depuis belle lurette… toujours les memes raisons.. ca coute trop cher a la société.. je serais vraiment content de voir les vrais statistiques d’accidents… pas par type de moto mais par l’experience du conducteur mais aussi par cause d’accident… pour ma part une moto qui prend le clos peu importe la raison ne devrait pas faire partie des mêmes statistiques qu’une moto qui se fait couper… accidents responsable et non-responsable.. admettons que les motocyclistes sont minoritairement responsable… alors pkoi c’est toujours nous qui sont penalisés…. si quelqu’un sait ou trouver ces statistiques, j’aimerais bien consulter…

    Répondre
    • CAPM-Escargot

      Bonjour,
      C’est un système « no-fault » ou sans égard à la faute. Donc, contrairement aux assurances sur les véhicules, personne n’est considérée en cause – même si on peut prouver le contraire. Dans les faits, les motocyclistes sont seuls dans environs 40% des collisions. Parmi ce pourcentage, l’inexpérience de conduite fait souvent partie des causes (rate une courbe, mauvais freinage, échappe la moto, etc.) autant chez les jeunes que chez les personnes plus vieilles.
      La SAAQ est très au courant que l’autre 60% est provoqué par une autre cause (auto, camion, tracteur de ferme, animal sauvage, etc.). La manière dont la loi québécoise est écrite, on ne peut discriminer sur les « personnes » dû à l’âge, le sexe, l’expérience de conduite, etc.

      Avec les changements à la loi sur l’assurance automobile du Québec, d’il y a quelques années, chaque classe de véhicule doit s’autofinancer. Alors si les motocyclistes coûtent 134 000 000$ au système, on doit cotiser pour au moins 134 000 000$, plus un peu plus pour compenser pour s’assurer que le système reste bien capitalisé. C’est aussi simple que cela.

      Ce n’est pas à l’avantage du gouvernement de « tuer » ce sport. Nous apportons au-delà de trois-cents millions de dollars (300 000 000$) à l’économie du Québec à chaque été (selon une étude de 2014 fait par la Confédération motocycliste du Canada). Il y avait à ce moment-là 4 500 emplois à temps complet liés à la moto au Québec. On projette 200 000 motos au Québec en 2020 alors qu’il y en avait 150 000 en 2014, donc ces chiffres ne cessent d’augmenter. Donc, peu d’intérêt pour le gouvernement de tuer ça.

      Avec le vieillissement de la population, les conducteurs n’ayant pas suivi de formation diminuent à chaque année. Les nouveaux conducteurs (auto et moto) doivent suivre des cours alors, il est fort à parier que le dossier moto pourrait s’améliorer. Mais, on doit toujours conduire pour l’autre alors que nous nous baladons en moto, surtout au Québec.
      CAPM-Escargot

      Répondre
      • Martial Laberge

        Merci de ces precisions

        Répondre
  8. Alexandre Tremblay

    Je ne comprend pas pourquoi on ne fait pas comme ailleurs. Il existe déjà deux types de permis de moto soit classe 6 et 6A. Disons que pour avoir le 6A il faut 2 ans d’expérience avec lea classe 6. On vient de retirer les nouveaux qui sont plus à risque de la liste des risques. Donc on ne se retrouverait plus avec des amateurs qui ont des cylindrées trop élevées pour leurs capacités. De plus, l’ensemble des manufacturiers proposent maintenant leurs véhicules en cylindrées inférieures à 500c incluant des GSX et des CBR.

    Répondre

Répondre