« Retourner au nouveau site
Motoplus.ca
  nomad
LogoM+
bande3
dossier
 
06 mai 2008

Casque Shoei X-Eleven
Le Shoei X-Eleven a fait son apparition sur le marché en 2003. Il offre, selon Shoei, des caractéristiques inédites que l'on ne retrouve sur aucun autre casque de ce calibre. Nous avons donc décidé de lui faire subir un essai de longue durée (3 ans et plus de 50 000 km de mauvais traitement) pour voir comment il se comporterait...

Texte : Didier Constant - Photo d'action: Albert Martinez

X11

Le X-Eleven est le haut de gamme de Shoei, dont les casques sont conçus et fabriqués au Japon, à la main. Lors de sa sortie, le X-Eleven remplaça le XSP-II que vous avez sûrement oublié depuis. Le X-Eleven possède une coque inédite conçue expressément pour lui. Habituellement, les manufacturiers de casques ont recours à une ou deux tailles de calotte extérieure pour couvrir les tailles courantes de TTP à TTG. Ce qui signifie que ce sont la contre-calotte en polystyrène et l'intérieur en mousse et tissu qui déterminent l'ajustement. En conséquence, les pilotes ayant de petites têtes ont l'air d'avoir une boule de bowling sur le crâne tellement leur casque est disproportionné, alors que ceux qui portent du XL doivent se contenter d'un couvre-chef dont la contre-calotte et l'intérieur sont réduits à leur plus simple expression — et sont donc moins sécuritaires.

Pour le X-Eleven, Shoei a décidé de concevoir quatre tailles distinctes de calotte extérieure. Une pour les tailles de TTP à P, une pour le Moyen, une autre pour le Grand et la dernière pour TG et TTG. Si cette solution représente un avantage pour l'acheteur qui bénéficie d'un casque mieux ajusté, elle coûte cher à la production et oblige les revendeurs à tenir des inventaires plus importants pour accommoder tous les clients. D'autant que Shoei a développé, en parallèle, cinq contre-calottes en polystyrène de tailles différentes pour parfaire le «fit».

Shoei a également mis au point un nouveau procédé de moulage de la calotte extérieure appelé AIM+ (Advanced Integrated Matrix Plus) qui intègre diverses fibres composites, dont la fibre de carbone, dans le procédé de fabrication afin d'assurer une certaine légèreté au produit final tout en respectant les normes de sécurité les plus sévères (le X-Eleven est approuvé DOT et Snell en Amérique du Nord, alors que le X-Spirit, le nom du modèle européen, répond aux normes ACU Gold (pour la compétition) et ECE 22.05).

Habituellement, je porte des casques de taille TG, quelque soit la marque (à l'exception des Suomy qui me vont mieux en TTG) ou le modèle de casque que j'essaie, même chez Shoei. Pourtant, dans le cas du X-Eleven, le Large me va parfaitement. L'ajustement est typé «course», c'est-à-dire serré, mais sans aucun point de pression. Il ne bouge pas d'un poil sur ma tête, même lorsque je pilote une moto sans carénage. Des intérieurs et des coussinets de joues lavables et démontables sont proposés dans différentes épaisseurs afin d'offrir un ajustement personnalisé.

Si on le compare au Arai RX-7 Corsair, son plus proche compétiteur, qui est dessiné pour les têtes ovales, le X-Eleven offre à peu près le même ajustement, quoiqu'il convienne bien à ceux qui ont une tête arrondie aussi. Le confort est extraordinaire, au même niveau que celui du RX-7 Corsair et du Shark RSR2, et vous pouvez rouler toute la journée avec le X-Eleven, quelle que soit la vitesse, sans ressentir d'inconfort ou de fatigue. En plus, la ventilation est très efficace. Le Shoei laisse circuler beaucoup d'air autour de votre crâne quand vous ouvrez toutes les trappes d'aération, mais sans créer trop de bruit, ni de turbulences. Ce qui signifie que l'aérodynamisme, qui a été étudié en soufflerie — fait assez rare sur un casque pour le souligner — est excellent. C'est un des casques haut de gamme — de compétition — les plus silencieux que j'ai eu l'occasion d'essayer. Un domaine où le Corsair et le RSR2 font moins bien. Cependant, il ne faut pas que cela vous empêche de porter des bouchons auditifs...

Le mécanisme de la visière de Shoei est l'un des meilleurs sur le marché, et un des plus faciles à opérer, sans outils. Il a été repris intégralement sur le X-Eleven. La visière tridimensionnelle antibuée et antirayure est exempte de distorsion. Elle bloque les rayons UVA et UVB. Plusieurs types d'écrans teintés sont offerts en option et, compte tenu de leur facilité d'installation, il ne faut pas se priver d'en avoir plusieurs et de les changer au besoin, selon la luminosité ambiante. Un protège-nez amovible, en caoutchouc, permet de réduire la buée en chassant l'air de la respiration du pilote vers l'extérieur. Un levier de blocage en plastique, réglable en trois positions, du côté gauche de la visière, permet d'ajuster celle-ci. En position haute, elle bloque la visière, l'empêchant de s'ouvrir à haute vitesse. Au milieu, on peut ajuster la visière manuellement sur l'un des 7 réglages offerts et en position basse, le levier maintient la visière entrouverte pour réduire la buée.

Le système de rétention du X-Eleven est constitué d'une sangle et d'un double anneau en D. Un clip en plastique, à l'extrémité de la sangle, permet de fixer celle-ci à un des anneaux pour éviter qu'elle frappe le casque ou le cou du pilote en roulant.

Le X-Eleven est, sans conteste, un des casques les plus évolués du marché. Celui que plusieurs manufacturiers prennent en exemple — quand ils ne le copient pas carrément — lorsqu'ils développent leurs nouveaux couvre-chefs. Sur le Shoei, la technologie est au service de la fonction et de l'utilisateur. Pas de gadgets inutiles, seulement des caractéristiques pratiques. Confort, ventilation, niveau sonore et ajustement sont de très haut niveau. En fait, aucun casque sur le marché ne parvient à combiner une telle ventilation avec un niveau de bruit si peu élevé.

Mon X-Eleven Daijiro Kato Replica me suit partout depuis 2004. Après trois saisons d'usage intensif et près de 50 000 km parcourus, il est encore en parfait état. La peinture est toujours aussi brillante et il ne porte aucune marque (éclat, tâche ou autre). Il aurait peut-être besoin d'un nouvel intérieur, celui d'origine ayant été lavé à plusieurs reprises et s'étant agrandi. En attendant, il me donne toujours autant satisfaction. Doté d'une finition sans reproches et offert dans une multitude de coloris (unis, multicolores, ou en répliques de coureurs), le X-Eleven justifie son prix élevé par l'ensemble de ses qualités. C'est un excellent produit que je recommanderais sans crainte et qui se compare avantageusement aux Arai RX-7 Corsair et Shark RSR2, deux de mes casques préférés.

Les casques Shoei sont distribués par Motovan Corporation.

 
Inscrivez-vous à l'infolettre:

AU SOMMAIRE
Accueil Actualités Essais
Dépêches Compétition Voyages
Rétro Produits Évaluations
Reportages Dossiers Images
Liens Contacts
Blog

LA BOUTIQUE motoplus.ca (à venir)

 
kato
 
Le regretté Daijiro Kato
 

INFORMATIONS GÉNÉRALES

NOTES D'ÉVALUATION
Rapport qualité/prix: 8/10
Qualité: 9/10
Confort: 9/10
Visière: 8/10
Aération: 9/10
Niveau sonore: 9/10

NOTE GLOBALE : 5 étoiles
Recommandé par motoplus.ca

PRIX
799,99$ à 959,99$

 
   

© 2008 Presse Pixels International inc. Tous droits réservés.
Reproduction interdite sans autorisation préalable de Presse Pixels International inc.

Conception et réalisation: Induxia / PPI Inc.

 
accueil actus essais sport produits dossiers voyages en images