« Compétition

Bagnaia, Champion du Monde !

2018-Francesco_Bagnaia_Champion-du-Monde-Moto2-05

Francesco Bagnaia fait ses débuts sur la scène internationale en 2013 pour le compte de l’écurie Italia FMI. Toutefois, le Turinois n’y enregistre aucun point. L’année suivante, l’Italien délaisse alors sa FTR-Honda pour une KTM de l’écurie Sky Racing Team VR46, mais connaît à peine plus de réussite. Il faudra finalement attendre 2015, pour le voir grimper sur son tout premier podium. C’était au Mans… l’Italien évoluait cette saison-là sous les couleurs du Mapfre team Mahindra, qui le reconduira d’ailleurs en vue de 2016. C’est à ce moment-là que le déclic se produit !

Après avoir inscrit trois troisièmes places à Losail, à Jerez et au Mugello, Francesco Bagnaia goûte tout compte fait aux joies de la victoire à Assen ; circuit qu’il s’est d’ailleurs fait tatouer sur le bras… et le représentant du Mapfre team Mahindra récidivera quelques mois plus tard à Sepang, pour achever cette campagne 2016 au quatrième rang.

2018-Francesco_Bagnaia_Champion-du-Monde-Moto2-06

Pari gagné pour lui, puisqu’avec deux succès au compteur, il se voit offrir l’opportunité de tester une Ducati de sa structure dans le cadre du Test MotoGP de Valence.

Mais en attendant une possible ascension en MotoGP, Francesco Bagnaia passe par la case Moto2 en compagnie du Sky Racing Team VR46 qu’il retrouve… et les premiers podiums ne tardent pas à arriver. L’Italien en inscrira plus exactement quatre, à Jerez, au Mans, au Sachsenring et à Misano ; des résultats qui lui valent de terminer cinquième du général et meilleur rookie.

Pressenti comme un des grands favoris pour 2018, Francesco Bagnaia débute la saison sur un triomphe au Qatar, mais doit céder les commandes du Championnat à son compatriote Mattia Pasini dès la manche suivante, à cause d’une huitième place.

2018-Francesco_Bagnaia_Champion-du-Monde-Moto2-04

À Austin, le pilote du Sky Racing Team VR46 récupère néanmoins la tête et peu à peu une autre menace se profilera. Son nom : Miguel Oliveira (Red Bull KTM Ajo). Avec ses bons résultats décrochés au Mugello et à Montmelo, le Portugais revient même à un point de son rival, mais « Pecco » lui répond à Assen avec une victoire. Ceci étant, Francesco Bagnaia ne fera pas mieux que 12e au Sachsenring, après avoir voulu éviter la chute de Mattia Pasini en début de course.

Dans la foulée Miguel Oliveira remporte le GP Monster Energy de République tchèque et lui dérobe la tête au classement provisoire par la marge de deux points. Que cela ne tienne, l’Italien répliquera une nouvelle fois en Autriche et enchaînera avec un succès au Red Bull Ring, une deuxième place à Aragon, à laquelle s’ajoutent deux autres victoires à Buriram et à Motegi, suite à la disqualification de Fabio Quartararo (MB Conveyors – Speed Up Racing). Grâce à ces résultats, Francesco Bagnaia abordait ainsi la manche de Phillip Island avec une première balle de match. 37 points le séparaient en effet de son plus proche poursuivant Miguel Oliveira. Mais l’Italien se montrera relativement discret en course. La partie était donc remise en vue de Sepang et sur ce tracé Francesco Bagnaia allait terminer troisième, juste derrière son adversaire. Ses 32 points d’avance à la veille de la grande finale de Valence, lui permettent ainsi d’être sacré Champion du Monde Moto2.

2018-Francesco_Bagnaia_Champion-du-Monde-Moto2-01

L’an prochain, Francesco Bagnaia évoluera au sein de l’écurie Alma Pramac Racing aux côtés de Jack Miller.

Source et photos MotoGP.com