« Compétition

Crutchlow triomphe, Marquez réussit un abat !

Crutchlow passe la ligne en vainqueur

Les quelques gouttes de pluie tombées en amont de la course MotoGP plongeaient le plateau dans une véritable incertitude. Pneus pluie ou pneus slicks ? À tout juste quelques minutes du départ, certains pilotes décidaient finalement de retourner au box pour chausser des pneus slicks. Mais progressivement la grille allait en réalité se vider de tous ses concurrents… ou presque ! Jack Miller (Alma Pramac Racing), qui avait vu le coup venir, demeurait quant à lui installé à la première place, sur une Desmosedici GP17 chaussée… de pneus slicks ! La Direction de Course décidait alors de retarder le coup d’envoi et de mettre en place une nouvelle procédure pour ne pas voir toutes les motos agglutinées à la sortie des puits. Jack Miller était ainsi positionné devant, avec tous ses adversaires en fond de grille. L’ordre étant conservé, Dani Pedrosa (Repsol Honda Team) à l’origine deuxième, s’élançait donc de la sixième ligne.

Miller seul devant, et tous les autres loin derrière. Le MotoGP fait preuve, une fois de plus, d'un sens de l'improvisation qui frise l'amateurisme
Miller seul devant, et tous les autres loin derrière. Le MotoGP fait preuve, une fois de plus, d’un sens de l’improvisation qui frise l’amateurisme

Mais un nouveau coup de théâtre allait survenir au moment du second départ et non des moindres : Marc Márquez (Repsol Honda Team) connaissait un problème. Le Champion du Monde parvenait tout de même à replacer sa RCV, non sans avoir fait demi-tour en roulant en sens inverse sur la piste et en n’obéissant pas à la directif d’un officiel de partir de la ligne des puits. .

À l’extinction des feux, Jack Miller conservait naturellement les commandes devant Dani Pedrosa, Johann Zarco (Monster Yamaha Tech3) et Marc Márquez. Tandis que l’Espagnol revenait sans tarder dans le sillage du leader, le Français forçait le passage sur Dani Pedrosa à la fin du premier tour. Le pilote de l’écurie Repsol Honda sortait de la trajectoire et l’asphalte encore mouillé lui faisait perdre le contrôle de sa moto.

Miller (43), en tête devant Rins (42) et Zarco (5)
Miller (43), en tête devant Rins (42) et Zarco (5)

Dans la foulée, Marc Márquez s’emparait de la tête… ou du moins provisoirement, car ce dernier écopait d’un ride-through pour avoir roulé dans le sens inverse au moment de la procédure de départ. Le Catalan décidait d’observer aussitôt sa sanction, ce qui permettait à Jack Miller de retrouver la première place. Un groupe composé de quatre pilotes commençait alors à se dessiner avec l’Australien, Álex Rins (Team Suzuki Ecstar), Johann Zarco (Monster Yamaha Tech3) et Cal Crutchlow (LCR Honda Castrol) ; ces derniers ayant littéralement oublié le reste du plateau puisque Maverick Viñales (Movistar Yamaha MotoGP) qui emmenait le peloton devant Valentino Rossi (Movistar Yamaha MotoGP) et Andrea Dovizioso (Ducati Team) pointait déjà à plus de 14 secondes !

De son côté, Marc Márquez qui était reparti au 19e rang allait prendre tous les risques pour remonter et après s’être accroché une première fois avec Aleix Espargaró (Aprilia Racing Team Gresini) – incident qui l’obligeait d’ailleurs à rendre une position – le Champion du Monde allait au contact avec… Valentino Rossi ! Tassé sur le rebord de la piste, l’Italien allait chuter arrivé sur l’herbe avec l’angle.

Vinales (25), Rossi (46) et Dovizioso en lutte
Vinales (25), Rossi (46) et Dovizioso à la lutte

Aux avant-postes, Jack Miller commettait quant à lui une petite erreur. Dès lors, ils n’étaient plus que trois à prétendre à la victoire : Cal Crutchlow, Johann Zarco et Alex Rins. Le tricolore allait mener un instant, mais à l’entame du dernier tour, l’avantage était pour le Britannique et ce dernier parvenait à contenir un Johann Zarco pourtant bien déterminé à décrocher sa première victoire.

Crutchlow passe la ligne en vainqueur devançant Zarco de quelques longueurs
Crutchlow passe la ligne en vainqueur devançant Zarco de quelques longueurs

Cal Crutchlow, dont le dernier podium datait justement du GP d’Argentine 2017, s’imposait tout compte fait pour deux dixièmes devant Johann Zarco, qui inscrivait ainsi son quatrième podium MotoGP et Álex Rins. Jack Miller échouait pour sa part au pied du podium et la cinquième place était censée revenir à Marc Márquez, qui avait pris l’ascendant sur Maverick Viñales dans la dernière cassure. Mais nouveau coup de théâtre : le natif de Cervera écopait de 30 secondes de pénalité pour sa manœuvre sur Valentino Rossi, ce qui le repoussait au 18e rang, juste devant l’Italien.

Belle course pour Hafizh Syahri qui finit 9e sur sa Yamaha  M1
Belle course pour Hafizh Syahri qui finit 9e sur sa Yamaha M1

Cette sanction profitait à Maverick Viñales, qui héritait de la cinquième position. Andrea Doivizioso, vainqueur du Grand Prix du Qatar, se classait sixième. Tito Rabat (Reale Avintia Racing), Andrea Iannone (Team Suzuki Ecstar), Hafizh Syahrin (Monster Yamaha Tech3), meilleur rookie et Danilo Petrucci (Alma Pramac Racing) complètent le Top 10. La première KTM, celle de Pol Espargaró (Red Bull KTM Factory Racing) terminait 11e juste devant la première Aprilia, celle de Scott Redding (Aprilia Racing Team Gresini). Le Belge Xavier Siméon (Reale Avintia Racing) fermait la marche.

Danilo Petrucci finit 10e
Danilo Petrucci finit 10e

Cette victoire permettait à Cal Crutchlow de s’emparer des rênes au Championnat, trois points devant Andrea Dovizioso et 10 devant Johann Zarco.

La prochaine épreuve se tiendra à Austin dans deux semaines.

Cliquez ici pour accéder aux résultats

00-podium

Marquez accroche Rossi et commet sa troisième faute du week-end
Marquez accroche Rossi et commet sa troisième faute du week-end. Celle de trop ?

Source : MotoGP.com — Photos : MotoGP.com et constructeurs

Une réponse à “MotoGP 2018 — Termas de Rio Hondo”

  1. Alexandre AMORTILA

    Le silence de Pedrosa est assourdissant face au bruit de Rossi !

    Répondre

Répondre