« Aucune catégorie

Le constructeur américain ferme son usine de Kansas City

Harley-Davidson-Softail-Fat-Bob

Photo : Harley-Davidson

Cette décision fait partie du plan de restructuration mis en place par la direction de Harley-Davidson dans le but de juguler la baisse de ses ventes et de mettre en place des mesures pour attirer les jeunes à la moto.

Au cours des quatre dernières années, les ventes de Harley-Davidson ont fortement chuté, tendance qui s’est accentuée en 2017, avec une baisse des ventes mondiales de 6,7 % par rapport à 2016. Aux États-Unis, elles ont plongé de 8,5 % alors qu’à l’international, elles ont failli de 3,9 %. Harley-Davidson a également déclaré une baisse de son bénéfice net de 82 % dans son quatrième trimestre fiscal 2017, à 8,3 millions de dollars américains.

Matt Levatich, le PDG de Harley-Davidson, se déclare pourtant optimiste. « Nos actions pour répondre à l’environnement actuel, grâce à une gestion rigoureuse des approvisionnements et des coûts, nous positionnent bien pour atteindre nos objectifs à long terme de construction de la prochaine génération de motos Harley-Davidson à l’échelle mondiale ».

Harley prévoit des coûts de restructuration et de consolidation d’environ 200 millions de dollars au cours des deux prochaines années, mais estime qu’elle réalisera des économies annuelles de trésorerie de près de 75 millions de dollars après 2020.

« La décision de consolider nos usines d’assemblage a été prise après un examen minutieux de notre empreinte industrielle et de notre capacité de production compte tenu de l’environnement commercial actuel, » conclut Levatich.

Reste à voir si d’autres usines de la compagnie, notamment celles de Menomonee Falls et de Tomahawk, au Wisconsin, seront touchées à court ou moyen terme par cette restructuration.

Source USA Today